+33 4 28 67 78 07 contact@yopbox.com
Pourquoi « La durée de visionnage » est la meilleure mesure pour évaluer l’efficacité d’une vidéo

Pourquoi « La durée de visionnage » est la meilleure mesure pour évaluer l’efficacité d’une vidéo

Si vous ne mesurez pas correctement votre investissement dans le marketing vidéo, très rapidement, cela va ressembler à une mauvaise utilisation du temps et de l’argent, ce qui signifie que vous allez cesser d’investir.

Nous pensons que la raison pour laquelle de nombreuses entreprises sous-investissent dans la vidéo est qu’elles traitent les mauvais paramètres comme des indicateurs de performance, ce qui entraîne une valeur biaisée apportée par la vidéo.

  • Les entreprises B2B mesurent généralement les vidéos exclusivement en fonction de leur contribution aux conversions.
  • Les entreprises B2C mesurent généralement la vidéo en termes de vues et d’impressions.

Dans les deux cas, se contenter de ces indicateurs pour calculer le « ROI » de vos vidéos est une erreur. Nous vous expliquons pourquoi.

Erreur n°1 : Mesurer uniquement les conversions

La mesure basée sur la conversion est une tentative de mettre un chiffre monétaire significatif sur l’efficacité reçue de la vidéo, de telle sorte que l’on puisse calculer le «ROI» en comparant le coût et le rendement. Il s’agit de mesurer l’impact d’une vidéo sur le résultat net, sur la base d’une position dans votre « funnel ». En d’autres termes, il s’agit d’essayer de déterminer le nombre de personnes ayant acheté votre produit ou service après avoir visionné votre vidéo.

La méthode la moins élaborée consiste à suivre le nombre de personnes qui regardent une vidéo, puis à prendre la prochaine étape mesurable de l’achat au cours de la même session. Des méthodes plus élaborées permettent de suivre le même utilisateur sur plusieurs sessions et canaux, à l’aide de cookies, pour voir s’il regarde une vidéo, puis s’il revient l’acheter à une date ultérieure. C’est ce qu’on appelle une « conversion assistée ». Différents modèles d’attribution sont ensuite utilisés pour déterminer le montant des revenus gagnés à appliquer à chaque session et interaction.

Mesurer les conversions et l’assistance de cette manière ne pose pas de problème essentiel. En fait, pour les vidéos « bottom of funnel » de produits, « d’onboarding » et de ventes, il est tout à fait logique de suivre cette mesure et de l’utiliser pour justifier d’autres investissements. Les problèmes se posent toutefois lorsque vous utilisez la conversion comme unique indicateur de performance clé de toutes vos vidéos, sans prendre en compte l’utilité de celles-ci dans votre buyer journey. Autrement dit, une vidéo créée dans le but d’attirer de nouveaux leads (top of funnel), aura un taux de conversion très faible. Ce qui est normal, puisqu’elle été publiée pour attirer et non pas convertir. 

Cela revient essentiellement à dire que l’objectif principal est de conduire à la conversion, ou en d’autres termes, chaque vidéo est un produit ou une vidéo de vente. Mais elle peut être bien plus que ça. Que se passe-t-il si quelqu’un regarde ma vidéo, parle de ma marque dans un groupe Slack privé, puis qu’un contact de leur part visite mon site Web pour devenir un client ?

Pour beaucoup, la vidéo n’aura pas eu d’impact sur la conversion de ce nouveau client. En réalité, la vidéo partagée dans cet exemple était le point de contact marketing qui a fait toute la différence.

Il s’agit clairement d’un problème, mais le principal souci de la mesure liée à la conversion uniquement est son impact sur le processus de création. Si vous mesurez chaque vidéo comme une vidéo produit, vous ne réaliserez que des vidéos produit. Les vidéos d’apprentissage, destinées simplement à attirer les clients potentiels, finissent par essayer de vendre les vertus de votre produit. Cela vous laisse avec un contenu qui semble trop auto-promotionnel, ce qui déstabilise rapidement le public.

De même, les publicités pour les médias sociaux, destinées à impliquer le public et à accroître la notoriété de la marque, finissent par essayer d’expliquer les propositions détaillées de valeur des produits. Et vous pouvez deviner ce qui se passera ensuite : votre public s’éloignera.

Le paradoxe présenté ici est clair. L’accent mis sur la conversion empêche en effet les entreprises de créer des vidéos adaptées à vos personas, ce qui affecte négativement les conversions.

Formation sur le video nurtering

  • Introduction (1’05)
  • Le lead nurtering (1’17)
  • Le lead scoring (1’53)
  • Le marketing automation (1’37)
  • Les limites du maketing automation traditionnel (2’23)
  • Les avantages du video nurturing (3’03)
  • L’importance du choix de la plateforme de E-learning (0’52)

Gratuit
7 vidéos 
20 minutes

Nouveau call-to-action

Erreur n°2 : Mesurer uniquement les impressions

La mesure basée sur les impressions tente de déterminer combien de personnes vos vidéos ont atteint, de manière à pouvoir calculer la pénétration du marché et la notoriété de la marque. Cela implique de saisir les mesures « vue » et « impression » de toutes les plateformes de distribution vidéo disponibles, et de les associer pour avoir une idée du nombre de personnes touchées.

La méthode la moins élaborée consiste à suivre le nombre d’impressions ( les utilisateurs exposés à la vidéo), puis à les diviser par les dépenses de distribution pour déterminer le CPM (coût pour mille impressions).

Des méthodes plus élaborées impliquent la réduction des impressions qui n’ont pas conduit à une vue d’un seuil de qualité donné (par exemple, regarder plus de 10 secondes de la vidéo), puis à suivre le nombre de « vues engagées » sur toutes les plateformes.

Il n’y a pas de problème essentiel à mesurer des vues de cette façon. En fait, en particulier sur les marchés concurrentiels, il peut être très important d’avoir un indicateur de « portée ». Les problèmes se posent avec cette méthodologie lorsque les impressions deviennent votre seul indicateur clé de performance. Cela revient essentiellement à dire que la tâche principale de chaque vidéo est de générer de la visibilité. Elle doit être aussi facile à partager et plus attrayante que possible.

La vidéo peut servir un objectif bien plus important que d’’attirer simplement l’attention sur les médias sociaux. Si un nombre relativement restreint de personnes regardent une vidéo contenant une marque ou un message produit fort, est-ce que cela a moins de valeur qu’un grand nombre de personnes qui regardent quelque chose d’insignifiant ? 

Si vous mesurez chaque vidéo comme une vidéo sociale virale, vous ne créez que des vidéos sociales virales. Beaucoup de courtes vidéos avec des titres accrocheurs. Les vidéos d’apprentissage, destinées à attirer simplement les clients potentiels, ne sont pas nécessairement courtes, avec un titre malhonnête pour maximiser le pourcentage moyen regardé et le nombre de vues, ce qui les rend superficielles.

Les publicités pour les médias sociaux, destinées à toucher le public et à accroître la notoriété de la marque, finissent par sacrifier le message de la marque pour toucher à ce qui plaira au plus grand nombre, sans générer d’impressions de marque vraiment significatives.

Paradoxalement, l’accent mis sur les impressions fait en sorte que moins de gens sont réellement touché par cela.

La mesure universelle : La durée visionnée

Le monde devient simultanément de plus en plus connecté et privé. Nous sommes soumis à un flux constant de publicités sur le Web, et pourtant nous avons de meilleurs outils pour trouver exactement ce que nous recherchons, parmi les personnes en qui nous avons le plus confiance.

Cela signifie que le bouche à oreille devient le moyen le plus important et privilégié pour influencer les décisions d’achat du B2B et B2C. Et c’est la raison pour laquelle la « durée visionnée » est un excellent indicateur clé de performance pour la grande majorité des vidéos : elle nous empêche de nous préoccuper uniquement des gens qui achètent et qui utilisent notre contenu, même si leur impact est insignifiant pour eux.

Mesurer la durée de visionnage de vos vidéos est le meilleur moyen pour évaluer l’efficacité de vos vidéos, non pas sur les ventes mais sur l’engagement de votre audience.

Préférez-vous avoir une vidéo avec 15 000 vues dont seulement une poignée l’auront regardés en entier ou une vidéo vue 600 fois avec une durée de visionnage moyenne très élevée ?

Laquelle de ces vidéos sera la plus performante ? En mesurant la durée de visionnage, la réponse devient évidente.

Se concentrer sur la durée visionnée présente l’avantage supplémentaire de vous encourager à créer un meilleur contenu :

  • En vous concentrant sur les conversions, cela vous indique que les vidéos produits sont les meilleures et que vous devriez en faire plus.
  •  En vous concentrant sur les impressions, vous devez créer des vidéos plus courtes et divertissantes qui ne sont pas liées à l’histoire de votre marque.
  •  En vous concentrant sur la durée visionnée, vous devez vous concentrer sur les choses avec lesquelles votre public s’est engagé de façon significative et volontaire.
Formez-vous sur la vidéo dans la Marketing Automation

Ce que la durée visionnée signifie pour les marketeurs

Dans notre monde digital, où les interactions avec votre marque se produisent davantage sur les grandes plates-formes médiatiques, la mesure basée sur l’entonnoir (funnel) raconte une histoire de plus en plus inexacte.

Le grand intérêt de la durée de visionnage pour ceux qui tentent de justifier l’investissement vidéo, est qu’il s’agit d’une mesure permettant de comparer différents types de médias. Si je peux montrer que 500 heures ont été consacrées à la lecture de 20 articles de blog, mais 700 heures ont été consacrées à regarder seulement 5 vidéos, il sera plus évident d’investir alors dans la vidéo.

Si nous pouvons saisir l’idée selon laquelle, en tant que marketeurs, nous n’optimisons plus en fonction de la part de la portée de nos actions (c’est-à-dire de la quantité de personnes touchées), mais plutôt en raison de la part d’avis (c’est-à-dire le temps et la considération que les gens consacrent à votre entreprise), la durée visionnée se révèle comme la meilleure mesure vidéo universelle possible.

Pourquoi les sous-titres et transcriptions des vidéos sont primordiaux ?

Pourquoi les sous-titres et transcriptions des vidéos sont primordiaux ?

Selon Forbes, l’utilisateur moyen passe 88% plus de temps sur un site Web s’il y a des vidéos.

Mais, cela ne devrait pas vous surprendre. De nos jours, les vidéos sont partout sur Internet. Naturellement, les petites et les grandes entreprises ont sauté sur cette tendance et utilisent la vidéo pour partager leur histoire de marque et  pour créer un public engagé.

Toutefois, lorsqu’il s’agit d’optimiser la recherche et de prioriser l’accessibilité, de nombreuses entreprises ont encore beaucoup de chemin à faire.

C’est une énorme occasion manquée pour celles qui ne créent pas du contenu vidéo. Au lieu de se concentrer principalement sur la production du contenu lui-même, elles devraient réfléchir à ce qui se passera une fois la vidéo réalisée. Comment les personnes vont t-elles accéder à votre contenu ?

Et quand elles y arrivent, veillez-vous à ce que toutes celles qui veulent le consommer le puissent.  C’est là que les sous-titres et les transcriptions interviennent pour sauver la situation.

Si vous ne connaissez pas l’un ou l’autre de ces termes, voici comment 3PlayMedia, une entreprise premium de sous-titrage et de transcription, les définit :

  •      Les captions est un processus qui consiste à diviser le texte de transcription en plusieurs parties, appelées « trames de sous-titrage », et à attribuer un code temporel à chaque trame pour qu’elle soit synchronisée avec l’audio de la vidéo. Les sorties du sous-titrage sont appelées sous-titres, elles se trouvent généralement au bas de l’écran vidéo. Les sous-titres permettent au publi de suivre les enregistrements audio et vidéo ou les sous-titres de façon interchangeable.
  •      La transcription est le processus par lequel les paroles ou l’audio sont converties en un document écrit (texte, transcription) sans information sur le temps.

Il y a deux principales pratiques de transcription : le verbatim et la lecture propre. Le verbatim transcrit l’audio mot à mot, y compris tous les propos et les effets sonores, ce qui est idéal pour les discours scénarisés (ex: une émission de télévision, un film, un sketch).

La lecture propre modifie le texte pour qu’il soit plus fluide, parfait pour le contenu non écrit comme les interviews ou les conférences enregistrées.

En gardant à l’esprit ces définitions, la question suivante est de savoir comment les sous titres et les transcriptions peuvent être bénéfiques à votre entreprise ? Dans cet article, nous aborderons toutes les raisons pour lesquelles ils sont non seulement utiles pour le référencement, mais plus important encore, comment ils garantissent l’accessibilité à tous pour vos vidéos !

Être indexé par les moteurs de recherche

Pour tous les marketeur de contenu sans exception, avoir vos articles et vos pages explorées par Google était un jeu d’enfant. Si vous n’êtes pas familier avec les moteurs de recherche, Google décrit l’exploration comme étant le processus par lequel Googlebot (le robot d’exploration de Google) découvre les nouvelles pages et mises à jour à ajouter à son index. Mais, une fois que les vidéos ont été publiées, Google modifie les recherches pour analyser ce type de contenu. Pour être indexés, les internautes ont réévalué la manière de donner à Google une lecture efficace de leurs vidéos.

Tout comme les articles de blog, l’optimisation des métadonnées de votre fichier vidéo (les titres et les descriptions associés à votre contenu) aide Google à extraire des informations pour les afficher dans les résultats de recherche. Cependant, la quantité de métadonnées que vous êtes en mesure de fournir est généralement limitée. Heureusement, un moyen simple de rendre votre contenu plus visible et lisible par les moteurs de recherche est de fournir des sous-titres ou des transcriptions pour votre vidéo.

Dans le guide « Meilleures pratiques en terme de vidéo » de Google, il est  indiqué qu’on peut extraire des informations de la page hébergeant la vidéo, comme le texte de la page et les méta-balises, cependant on peut obtenir seulement une certaine partie du contenu audio et vidéo d’un fichier. Donc, il s’avère que ce puissant moteur de recherche ne peut pas tout voir ou tout entendre. Et puisque c’est le cas, transcrire votre vidéo et placer sa transcription sur la page de la vidéo permet une meilleure indexation.

    Important

Seuls les sous-titres fermés offrent un fichier texte lisible que les moteurs de recherches peuvent explorés. À l’inverse, les sous-titres ouverts ne peuvent être lus par les bots de Google.

Sous-titres fermés = les sous-titres que l’utilisateur peut choisir d’afficher ou non.

Sous titres ouverts = les sous-titres qui sont incrustés dans la vidéo et que l’utilisateur ne peut donc pas désactiver.

En vous assurant que vos vidéos contiennent toutes des sous-titres et des transcriptions, vous pouvez potentiellement classer plusieurs mots clés pertinents permettant d’augmenter le trafic de recherche. Mais comme nous l’avons déjà dit, le plus important est de vous assurer de l’efficacité de votre vidéo auprès de votre public. Sinon, ces conseils d’optimisation ne vous aideront pas.

Augmentez le temps passé sur votre site

Comme l’indique Wyzowl dans une étude de 2018 sur l’état du marketing vidéo, 80% des marketeurs déclarent que la vidéo a prolongé la durée d’activité de leurs sites Web, ce qui correspond au temps que l’utilisateur consacre à votre site. Avec des statistiques prônant la vidéo comme un média prometteur pour les marketeurs, ne vaut-il pas la peine d’aider les internautes à tirer le meilleur parti de votre contenu ? Si vous cherchez une solution pour garder les gens engagés, les sous-titres pourraient faire l’affaire. Et par la suite, vous pourriez voir vos visiteurs rester sur votre site plus longtemps (référencement…).

Bien que votre contenu puisse être rempli d’informations pertinentes, il est toujours possible que les gens partent ou ratent quelque chose que vous croyez être super important. Les sous-titres aident les internautes à suivre et à mémoriser votre contenu longtemps après avoir fini de regarder votre vidéo. De plus, si ils regardent la vidéo sur un téléphone, les sous-titres peuvent faciliter le visionnage, en particulier s’ils ne peuvent pas écouter à voix haute (nous pensons à vous, les usagers du transport en commun). PLYMedia a également mesuré une augmentation de 40% du nombre de visionnements de vidéos sous-titrées et a constaté que les personnes étaient 80% plus susceptibles de regarder l’intégralité de la vidéo lorsqu’elles avaient la possibilité de choisir des sous-titres.

Les sous-titres peuvent faire en sorte que votre vidéo vaille la peine d’être visionnée dans des environnements moins accessibles à l’audio et auprès d’un public plus large. Et si davantage de personnes sont intéressées et engagées, nous sommes convaincus que la durée d’activité de votre public va être prolongée.

Formation sur le video nurtering

  • Introduction (1’05)
  • Le lead nurtering (1’17)
  • Le lead scoring (1’53)
  • Le marketing automation (1’37)
  • Les limites du maketing automation traditionnel (2’23)
  • Les avantages du video nurturing (3’03)
  • L’importance du choix de la plateforme de E-learning (0’52)

Gratuit
7 vidéos 
20 minutes

Nouveau call-to-action

Créer un contenu dérivé à partir de transcriptions

Avant de commencer à réfléchir à de nouvelles idées de contenu pour compléter votre calendrier éditorial, jetez un coup d’œil à ce qui se passe sous votre nez. Cela n’apparaît peut-être pas immédiatement, mais les transcriptions de votre contenu vidéo peuvent être le point de départ idéal pour créer des travaux dérivées afin d’amplifier et de développer votre référencement.

Prenez une vidéo explicative, par exemple. Wyzowl a déclaré dans son enquête sur le marketing vidéo que 95% des 570 personnes interrogées dans leur rapport avaient visionné une vidéo explicative pour en savoir plus sur un produit ou un service. Une transcription de ce type de vidéo pourrait être riche en statistiques, citations clés et astuces. Si les gens aiment ce qu’ils apprennent grâce aux vidéos d’explication, pourquoi ne pas reformater les informations les plus importantes ? Extrayez les de votre transcription pour les utiliser dans des graphiques, la création de liens ou la publication d’articles de blogs.

Si vous avez produit plusieurs vidéos ou contenus épisodiques connexes, vous pourriez vous inspirer de leurs transcriptions pour composer un ebook, par exemple. L’identification des données numériques pour une infographie est également rendue facile avec une transcription. Nous pourrions continuer encore et encore à relier les points, mais à présent, vous saisissez l’importance.

Chez YopBox, nous savons comment transformer un contenu texte en vidéo mais l’inverse est aussi tout à fait possible. 

Les transcriptions peuvent prêter à une explosion de médias que vous pouvez partager sur le Web. Votre audience appréciera de voir que vous offrez de la valeur sous différentes formes.

Offrir une plus grande accessibilité

Un grand pouvoir entraîne de grandes responsabilités, de même pour votre entreprise et sa stratégie de marketing vidéo. Lorsque plus de 5% de la population mondiale a une déficience auditive, votre entreprise a la responsabilité de rendre vos vidéos en ligne plus accessibles. Il ne serait pas juste que ces personnes passent à côté de votre contenu car elles n’ont pas les mêmes chances de les visionner.  

En fin de compte, les sous-titres et les transcriptions jouent un rôle important en offrant une plus grande accessibilité et une meilleure expérience utilisateur. ZVRS, une société de technologie proposant des solutions de communication vidéo pour les personnes sourdes et malentendantes, nous a appris à visionner la vidéo du point de vue d’une personne sourde.

Grâce à cette conversation, nous avons appris que lorsque vous sous-titrez l’une de vos vidéos, il est essentiel de rester cohérent si vous voulez répondre aux attentes de votre public.

La création de sous-titres exacts est un autre facteur affectant l’accessibilité. Les sous-titres non synchronisés (qui ne correspondent pas à la diffusion audio) sont l’un des aspects les plus frustrants de la vidéo pour un public sourd ou malentendant. Votre entreprise doit publier une vidéo rapidement ?  Cela arrive ! Il suffit de rendre une transcription disponible et de sous-titrer la vidéo plus tard.

Avoir conscience de l’accessibilité et de la prise en compte des expériences utilisateur positives permettent à votre vidéo de toucher un public plus large. Si vous faites de votre mieux pour cocher toutes ces cases, vous pourriez voir vos visites ainsi que le nombre de personnes disposées à partager votre contenu augmenter. Vous pouvez parier que les moteurs de recherche prendront note que votre site est actif et les avantages de référencement suivront sûrement.

Formez-vous sur la vidéo dans la Marketing Automation

Les avantages sont apparemment infinis

Que vous envisagiez de créer votre première vidéo ou que vous en ayez déja, nous espérons que les avantages de mettre des sous-titres et des transcriptions sont maintenant très clairs. Sans cela, votre vidéo pourrait ne pas être efficacement indexée par Google. Vous risqueriez de perdre des lecteurs dans des environnements où l’audio n’est pas accessible et vous pourriez rater un tas de contenus dérivés.

Vous n’êtes pas d’accord que la meilleure chose a faire est de mettre à disposition des sous-titres et transcriptions pour toute personne de votre audience qui visionnent vos vidéos ?

Maintenant que vous savez quoi faire, commencez à insérer des sous-titres et des transcriptions à votre stratégie vidéo !

Exemples de vidéos à utiliser à chaque étape de votre buyer’s journey

Exemples de vidéos à utiliser à chaque étape de votre buyer’s journey

Faisons simple.

Vous avez une audience, sur qui vous n’avez que très peu, voir pas du tout, d’information. Ce sont les suspects (un peu comme le colonel moutarde).

D’abord, vous devez vous faire connaître pour avoir des leads.

Puis, vous devez en savoir plus sur eux pour en faire des prospects.

Enfin, vous devez les faire passer à l’action pour qu’ils deviennent des clients.

Au fond, ainsi présenté, ça n’a pas l’air si compliqué !

Pourtant, la réalité sait contrarier les théories. Il y a toujours de l’aléatoire qui va se coincer ici, de l’à-peu-près qui va tout bloquer par là etc.

Résultat… et bien ça manque de résultats.

Et c’est là que la vidéo arrive et fluidifie tout.

Vous allez me dire que je prêche pour ma paroisse. Et je répondrai… oui 🙂

Mais justement, je n’ai pas choisi ma paroisse au hasard. D’expérience, j’ai préféré l’une des plus efficaces. 

La vidéo sait parfaitement attirer, puis informer, et enfin convertir le tout en acte d’achat.

Suivez-moi tout au long d’une buyer’s journey pour vérifier cela.

La vidéo pour attirer

À ce stade, les vidéos doivent répondre aux questions que se posent vos cibles. Elles doivent montrer que les problèmes qu’elles rencontrent peuvent être résolus, ou que de nouvelles opportunités auxquelles elles n’avaient pas pensé existent.

En réalisant des vidéos qui répondent à ces objectifs, vous développerez les connaissances, l’engagement des suspects.

Pour savoir si vos vidéos parviennent à attirer, suivez leurs statistiques : combien de personnes cliquent sur des liens associés, ou combien partagent votre vidéo etc.

À cette étape de votre buyer’s journey, des types de vidéos sont préférables à d’autres. Vous en avez forcément déjà vu certaines, mais est-ce que vous les connaissez toutes ?

Vidéos pédagagogiques (généralistes)

Ce sont des vidéos d’éducation ou de divertissement.

Elles répondent aux questions générales que se posent vos cibles et pour lesquelles elles cherchent activement des informations sur le web.

Elles se présentent souvent avec des titres débutant par “Pourquoi…” ou “Les 5 choses à savoir sur…”

Exemple : 

Vidéo snackable content

Il s’agit de vidéos courtes, conçues comme de légères sucreries très divertissantes.

Elles partagent une ambiance, un état d’esprit, mais ne répondent pas directement à des questions.

Souvent leur réalisation est assez peu poussée. De nombreux outils existent pour créer des vidéos snackable content facilement et pas cher. Un article comparatif des différentes solutions pour créer dees vidéos en ligne est en cours d’écriture.

C’est sur Facebook, Instagram ou YouTube qu’elles sont le plus publiées et partagées. On peut aussi les retrouver sur LinkedIn dans une logique B to B.

Vidéos d’engagement

Ces vidéos sont très particulières au sein des campagnes de communication.

Elles sont conçues pour développer les liens affectifs avec la marque, et ainsi attirer de manière plus profonde.

Leur réalisation réclame de nombreuses ressources et un inévitable travail promotionnel.

 

Vidéo d’influenceur

Basées sur l’expression du leadership, ces vidéos encouragent et invitent au développement personnel.

Elles présentent le plus souvent un seul interlocuteur, s’intéresse à lui, à son parcours, et en extrait un enseignement à partager. L’idée d’un mentor parlant à des élèves en somme, d’où leur nom !

Attention, faute d’un certain charisme (ou d’un charisme certain !), et de très bonnes qualités orales, ces vidéos peuvent rapidement paraître cheap, décalées, et avoir un effet contre-productif sur l’image que souhaite renvoyer le speaker.

Et ne parlons même pas des qualités techniques qu’elles se doivent d’avoir (micro, éclairage, habillage…). À tester lorsque l’on a atteint une maîtrise avancée de la vidéo.

On les trouve généralement sur le site web d’une entreprise et, parfois, sur des réseaux sociaux professionnels.

Formation : intégrez efficacement la vidéo à votre marketing automation

  • Introduction (1’10)
  • Pourquoi le marketing automation (0’57)
  • Commencez par définir vos objectifs (0’42)
  • Générez de nouveaux lead à partir des vidéos (2’41)
  • Identifiez le bon contenu (2’18)
  • Les avantages du video nurturing (2’28)
  • Utilisez des données vidéo pour évaluer vos leads existants (1’57)
  • Conclusion (0’38)

Gratuit
8 vidéos 
20 minutes

Accéder à la formation

La vidéo pour convertir

Voilà votre prospect a maintenant pleinement conscience de son problème et accélère ses recherche pour trouver des solutions.

Il se peut  même qu’il commence à vous faire confiance et pour continuer votre bout de chemin ensemble, vous devez maintenant lui proposer d’autres types de vidéos.

Cette fois elles ne devront pas seulement répondre aux premières questions plutôt générales que le persona se posait, mais entrer plus en avant dans les réflexions et proposer différentes options au lead que l’on veut qu’il devienne.

Les contenus deviennent stratégiques et nécessitent en quelque sorte d’avoir assimilé les premiers éléments ou de déjà posséder quelques connaissances de base.

À cette étape vous allez développer l’autonomie de votre lead et lui permettre de plus largement réfléchir par lui-même.

“Mais si je lui dis tout, il n’aura plus besoin de moi ?”

Pas exactement, rassurez-vous. Disons qu’au contraire il comprendra encore mieux votre travail, vos produits, vos services, et aura donc encore plus de chances de devenir client. Vous voyez bien qu’il ne faut pas avoir peur !

Webinaires et vidéos éducatives

Le but de ces vidéos n’est pas directement de vendre vos produits et services, mais bien de répondre aux problèmes rencontrés par vos leads. Et pour cela, leur proposer des formations est une très bonne piste.

Cela mettra en évidence votre expertise sur le sujet et renforcera la relation de confiance déjà établie.

Bien sûr, vous pourriez faire de même avec des articles de blog, un ebook ou via votre newsletter. Mais la vidéo a de nombreux avantages supplémentaires. Elle est plus accessible, attire plus facilement l’attention et humanise votre propos. De quoi créer une belle proximité !

Exemple

Les vidéos “Comment…”

Fonctionnant comme de petits guides, ces vidéos apportent des solutions pratiques à des problèmes concrets et plutôt ciblés.

Généralement, elles accompagnent leur propos de réflexions plus globales qui invitent leur audience à aller plus loin et à s’interroger sur de nouveaux aspects.

Les vidéos dans vos landing page

Formation sur le video nurtering

  • Introduction (1’05)
  • Le lead nurtering (1’17)
  • Le lead scoring (1’53)
  • Le marketing automation (1’37)
  • Les limites du maketing automation traditionnel (2’23)
  • Les avantages du video nurturing (3’03)
  • L’importance du choix de la plateforme de E-learning (0’52)

Gratuit
7 vidéos 
20 minutes

Nouveau call-to-action

La vidéo pour engager

Nous y voilà !

Après avoir suivi de près votre prospect puis votre lead, notre buyer’s journey touche presque à sa fin. Désormais, il s’agit de vendre. Et souvent, c’est cette étape qui fait défaut.

Les vidéos peuvent alors se permettre d’être plus directes. Attention, par direct je n’entends pas “agressives”. Il ne faut pas tomber dans la publicité de grand-papa à grand coup de “je suis l’meilleur’, “mes produits c’est le nirvana” etc.

Avec le temps et à mesure que les prospects devenaient hermétiques à certains types de message, le marketing a gagné en subtilité… et heureusement pour nous tous !

Mais alors, je parle de quoi dans ces vidéos ?

Tout simplement de vous, donc de vos particularités, et donc de ce qui vous différencie.

 Cette fois, le potentiel client a bien identifié son problème et les solutions pour y remédier. Il hésite seulement entre différentes offres et différents vendeurs. L’enjeu pour vous : être l’élu !

Les vidéos au sujet de votre marque

Dites-en plus sur vous et vous déclencherez d’autant plus facilement l’acte d’achat.

En apportant les quelques gouttes de confiance qui peuvent manquer, ces vidéos rassurent et favorise la prise de décision. Elles montrent que vous êtes un interlocuteur auquel on peut se fier, quelqu’un de professionnel.

Quelques consignes à respecter :

  • utilisez des personnes réelles et non des animations ou des vidéos whiteboard
  • soyez sincère et chaleureux dans vos propos
  • dites des choses simples et allez à l’essentiel
  • votre vidéo doit être assez courte, pas plus de 3 minutes

Étude de cas et témoignages en vidéo

Parfois, pour passer à l’acte, les prospects ont besoin de l’avis d’autres personnes ayant été dans leur situation.

Ces derniers, en racontant leur histoire, les problèmes qu’ils rencontraient et les solutions qu’ont apporté l’achat de vos produits seront de parfaits représentants.

Et si en plus, vous trouvez parmi vos clients ce que la télé appelle justement de “bons clients”, parce que très à l’aise face à la caméra, avec un parcours représentatif, des résultats concrets faciles à comprendre… c’est encore mieux !

Exemple :

Mise à part la vidéo influenceur de Gary Vee, toutes les vidéos de cet article ont été réalisées par YopBox.

Comment utiliser la vidéo dans votre stratégie de marketing automation ?

Comment utiliser la vidéo dans votre stratégie de marketing automation ?

Il était une fois… des marketeurs qui ne pouvaient pas automatiser leurs campagnes.

Puis, un jour, le marketing automation les a libérés !

Bon, d’accord, nous exagérons peut-être un peu. Pourtant, pouvoir par exemple envoyer des mails selon diverses séquences bien adaptées aux profils de vos leads, voilà un changement de taille, non ?

Et il y a un autre changement de taille : ajouter de la vidéo dans ces mêmes emails.

Vous allez voir, bien utilisée, elle peut être d’une très grande aide à la conversion !

À quelle phase utiliser la vidéo ?

Bien sûr nous vous parlons d’aide à la conversion parce que c’est le nerf de la guerre. Mais la vidéo peut être utilisée à toutes les étapes de votre buyer’s journey. 

D’abord utilisée par les communicants pour développer la notoriété, la vidéo a ensuite été adoptée par les marketeurs pour convertir.

Avec des coûts en baisse et de meilleurs rendus qualitatifs, son usage s’est naturellement démocratisé. D’autant plus que son succès peut rapidement être observé.

Si je veux convertir, comment utiliser la vidéo ?

Le mieux est de l’associer aux emails pour renforcer leur impact.

Par exemple, lorsqu’un prospect vient de télécharger un document sur votre site et reçoit un email de remerciement. Si celui-ci contient une vidéo, elle renforcera le sentiment de proximité et la possibilité de rapidement faire passer un message fort.

Elle pourra aussi, voire elle devra, inviter à l’action !

Là aussi avec des chances de succès plus grandes que le simple contenu rédactionnel.

Et pour encore améliorer cela, votre vidéo doit être courte… mais pas trop. En effet, au-delà de deux minutes (pour ce type de vidéo) votre message aura des risques de se diluer. En deça de trente secondes c’est l’inverse, vous ne pourrez pas dire grand chose et, surtout, vous n’aurez pas de quoi mesurer l’engagement.

Puis n’oubliez pas une chose toute simple : le responsive ! En effet, entre le prospect installé bien au chaud derrière son PC et celui aux quatre vents sur son smartphone, soyez sûr de pouvoir vous adapter à chacun.

Formation : intégrez efficacement la vidéo à votre marketing automation

  • Introduction (1’10)
  • Pourquoi le marketing automation (0’57)
  • Commencez par définir vos objectifs (0’42)
  • Générez de nouveaux lead à partir des vidéos (2’41)
  • Identifiez le bon contenu (2’18)
  • Les avantages du video nurturing (2’28)
  • Utilisez des données vidéo pour évaluer vos leads existants (1’57)
  • Conclusion (0’38)

Gratuit
8 vidéos 
20 minutes

Accéder à la formation

Comment analyser l’impact des vidéos sur l’engagement ?

En regardant les effets sur vos ventes ? Bon courage. Comment savoir qu’une vidéo vue il y’a 6 mois a eu un impact dans la décision d’achat prise aujourd’hui ?

Les indicateurs fiables pouvant être retenus sont nombreux et doivent d’abord s’adapter à vos objectifs. Dans un premier temps, les principaux sont :

  • la différence en terme d’ouverture entre les emails avec ou sans vidéos
  • la durée et nombre de visionnage de vos vidéos

Après, à vous d’affiner vos analyses pour suivre la maturation de vos leads.

En fonction des possibilités offertes par vos outils de tracking, vous pourrez trouver le bon dosage et les faire passer du froid au chaud !

La règle des 4 “E” pour produire des bons contenus vidéos

La règle des 4 “E” pour produire des bons contenus vidéos

Les temps changent, comme toujours… et encore plus pour les entreprises !

Mauvaise nouvelle : les prospects et les clients sont plus difficiles à trouver.

Bonne nouvelle : de nouveaux outils accessibles et efficaces existent pour se démarquer et mieux convertir. Sans suspense, nous allons vous parler des vidéos 🙂

Puisqu’une large partie du buyer’s journey a désormais lieu en ligne, un des objectifs consiste à occuper cet espace. Mais attention à ne pas le faire n’importe comment.

Alors comment être indispensable plutôt qu’insupportable ? En proposant ce que veut votre audience : des contenus vidéos de qualité !

Pour y parvenir, voici les 4 “E” à avoir en tête.

Engagement

Les personnes peuvent rapidement devenir accros aux histoires. Pensez par exemple à votre dernière séance de binge-watching 🙂

“L’esprit humain produits plus d’histoires que de processus logiques.”, écrit Jonathan Haidt, psychologue social américain. Voilà une fantastique nouvelle pour les marketeurs vidéo, non ?

Cela signifie qu’à chaque fois que vous utiliserez une vidéo, vous vous rapprocherez presque instinctivement de vos clients potentiels.

Et ce sera surtout le cas si vos vidéos sont engageantes. Pour cela, assurez-vous de raconter des histoires. Mais, du calme, n’imaginez pas des choses rocambolesques avec douze personnages et autant de péripéties ! Au contraire, cela doit rester simple, presque basique. La plupart du temps, vous le faite déjà sans vous en rendre compte.

Imaginez par exemple plusieurs vidéos de témoignage client. Ces derniers vont d’abord parler de leur situation de départ et de leurs objectifs. Ensuite, ils présenteront le problème qu’il ont rencontré et en quoi cela les freinait. Enfin, ils parleront de vous, la solution, et de ses effets positifs.

Et hop, sans vous en rendre compte, vous voilà avec une situation de départ, une intrigue, un héros, et même une happy end !

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Formation sur le video nurtering

  • Introduction (1’05)
  • Le lead nurtering (1’17)
  • Le lead scoring (1’53)
  • Le marketing automation (1’37)
  • Les limites du maketing automation traditionnel (2’23)
  • Les avantages du video nurturing (3’03)
  • L’importance du choix de la plateforme de E-learning (0’52)

Gratuit
7 vidéos 
20 minutes

Nouveau call-to-action

Émotion

Pour engager plus efficacement encore un spectateur et, surtout, mieux le conduire à l’action, l’émotion est incontournable.

Essayez par exemple de regarder cette vidéo sans être un minimum ému.

N’oubliez pas que les émotions sont multiples. On peut attendrir, faire rire, inspirer etc. Alors à vous de choisir celle qui correspond le plus à vos objectifs.

Lorsque vous créez du contenu vidéo, pensez à l’état dans lequel vous souhaitez conduire vos spectateurs une fois le visionnage terminé.

Éducation

Lorsqu’il s’agit d’apprendre, saviez-vous qu’au sein des entreprises, 59% des décisionnaires préfèrent la vidéo.

Mais est-ce vraiment une surprise ?

Apprendre via des vidéos est plus engageant, plus efficace, et aussi plus amusant que de lire des articles ou des ebook. Voilà pourquoi l’on vous propose aussi des vidéos sur notre site.

Il y a encore une raison scientifique derrière cela. En effet, malgré ses quelques milliers d’années, le langage écrit est d’une incroyable jeunesse. Là où les éléments visuels et leur compréhension ont toujours fait partie de nous. De fait, le cerveau humain est automatiquement plus adapté à l’analyse de ces informations.

Des travaux en psychologie ont par exemple mis en évidence que, par rapport au texte, les images inscrivent plus durablement les données associées dans notre mémoire à long terme.

Verdict, en plus d’aimer apprendre avec la vidéo, les personnes apprennent aussi mieux !

Formez-vous sur la vidéo dans la Marketing Automation

Empathie

Pourquoi pas une courte vidéo : “Je vous ai compris” du Général de Gaulle 🙂

Les bons contenus vidéos montrent que vous comprenez votre audience.

Si vous savez vous mettre à leur place, comprendre leurs expériences quotidiennes, leurs challenges, vous attirerez plus facilement leur attention et leur sympathie. Sans cela, difficile de mieux convertir.

Les meilleurs commerciaux rassurent grâce à leur empathie. Avouons-le, lorsque l’on n’est pas sûr d’avoir été compris, on n’est pas sûr non plus de faire confiance en retour.

Voilà pourquoi, sur ce point, vos vidéos peuvent être considérées comme des commerciaux.

Mais j’vais jamais y arriver !

Rassurez-vous, inutile d’avoir ces 4 points dans chacune de vos vidéos ! Ouf 🙂

L’essentiel est surtout de garder en tête ces éléments. Sinon vous risqueriez de faire des vidéos, peut-être jolies, mais qui n’attirent pas ou ne convertissent pas.

Alors qu’en gardant ces 4 “E” en tête, après visionnage, vos prospect ou vos leads seront plus facilement encouragés à accomplir les actions que vous souhaitez. Comme par exemple… devenir client  😉